Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : NFC-SMARTAGS.COM
  • NFC-SMARTAGS.COM
  • : BLOG SUR LA TECHNOLOGIE NFC
  • Contact

  • iphone 7 et NFC enfin !!!
    Using Core NFC, you can read Near Field Communication (NFC) tags of types 1 through 5 that contain data in the NFC Data Exchange Format (NDEF). To read a tag, your app creates an NFC NDEF reader ... Bonne nouvelle pour tous les possesseur de iphone 7...
  • GAGNER UNE MONTRE NFC
    Voici en avant première la première montre suisse equipé de la technologie NFC en vous inscrivant ICI
  • Un développeur déverrouille la puce NFC de l’iPhone, normalement réservée à Apple Pay
    Apple intègre une puce NFC dans ses iPhone, et ce depuis l’iPhone 6. L’accès est verrouillé, seul Apple peut l’utiliser pour Apple Pay. Mais le développeur Elias Limneos, qui crée des tweaks pour les appareils jalbreaks, a réussi un exploit : obtenir...
  • MISE EN PLACE D'UN CERTIFICAT SSL
  • Mise a jour de l'application Android
    Bonne année a tous !! Pour commencer bien l'année, nous vous informons que la nouvelle version de l'application Android est disponible sur le Play Store. Application NFC-SMARTAGS Pendant toute la durée des solde, nous vous offrons une remise de 20 euros...
  • Apple et le NFC ou comment Apple se moque de ses clients !!
    Retour sur la keynote Apple et l’iPhone 7 – 2/2 – Les conséquences sur l’écosystème NFC 2 Avec ou Sans Contact by Pierre Metivier / 21d // keep unread // hide // preview iPhone7 Felica NFC Forum Wizway Retour sur la keynote iPhone 7. Après une analyse...
  • Utilisez le NFC sur Iphone c'est possible !!!
    Possesseur de Iphone !!! ALERTE : Désormais vous pouvez utiliser la technologie NFC ( même si vous disposez d'un Iphone 4 ) grâce au nouveau lecteur Bluetooth NFC disponible à la vente sur : http://www.nfc-smartags.com/…/lecteurs-encodeurs-nfc/36-lec…...
  • MODE D'EMPLOI PLATEFORME NFC
    Voici un tutoriel présentant les différentes fonctions de la plateforme de marketing nfc. La plateforme de gestion de puce NFC vous permet de creer et de suivre vos campagnes marketing en touchant directement vos clients sur leurs smartphones, et de récupérer...
  • Comment payer sans contact en france avec son smartphone?
    Bonjour, a tous, J'ai découvert une application qui permet de payer sans contact en France sans avoir a attendre l'arrivé de APPLE ou ANDROID avec leurs systèmes de paiement NFC. le principe de fonctionnement est le suivant : Vous vous créer un compte...
  • Le NFC sur Iphone : Bientot
    La NFC de l'iPhone bientôt ouverte aux développeurs ? Le patron d'Orange viendrait-il d'annoncer en avant-première une nouvelle fonctionnalité d'iOS ? Dans une interview accordée à nos confrères de 01net que vous pouvez retrouver dans la vidéo ci-dessous...
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 12:20

Bonjour a tous, apres VISA, qui fait une campagne de pub sur le paiement sans contact, aujourd'hui c'est les echos qui font un dossier sur le NFC,

je vous invite a le lire link

Repost 0
ROUHAUD FRANCK ROUHAUD Franck - dans infos generale sur le NFC
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 11:27

16 députés ont déposé un amendement au projet de loi consommation, afin d'obliger les sites marchands à mettre en place un système d'authentification d'ici fin 2013.

 

A l'occasion de l'examen du projet de loi consommation à l'Assemblée nationale, un amendement a été déposé le 7 juin, qui prévoit d'obliger les sites marchands à authentifier leurs clients. "Un système d'authentification du client, utilisé lors de toute opération de paiement par Internet entre un particulier et un professionnel, est mis en place au plus tard le 1er janvier 2014", indique le texte. Qui précise les modalités : "Ce système est commun à tous les professionnels, d'application obligatoire et basé sur un code non réutilisable. Un comité composé à parité de représentants des organismes bancaires, des professionnels de la vente à distance et des consommateurs est chargé de déterminer les modalités techniques de mise en place de ce dispositif."

Les 16 députés à l'origine de l'amendement expliquent dans l'exposé des motifs qu'en France, les trois quarts des transactions en ligne ne font pas l'objet d'authentification forte. Au Royaume-Uni en revanche, l'adoption massive du mécanisme d'authentification 3D Secure a permis de diminuer la fraude de 52% en 4 ans. L'amendement du 7 juin vise donc à "généraliser l'adoption d'un dispositif de sécurisation des transactions de type 3D Secure pour les paiements sur Internet". Dans l'Hexagone, 50% des e-commerçants l'ont adopté, mais pas les plus grands d'entre eux. Résultat : seules 24% des transactions étaient protégées par 3D Secure fin 2012.

 

PS : ce systeme est deja en place sur le site web de ma société www.nfc-smartags.com

Repost 0
ROUHAUD FRANCK ROUHAUD Franck - dans infos generale sur le NFC
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 22:49

Bonjour, a tous,

La société NFC-SMARTAGS.COM toujours soucieuse de repondre le mieux a ses clients, vient de mettre en place sur son site un chat Live avec le support de la société, desormais vous pouvez poser vos questions sur le NFC ou nos produits en direct !!! avec notre support technique.

livechat.jpg

 

Repost 0
ROUHAUD FRANCK ROUHAUD Franck - dans infos generale sur le NFC
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 01:56

Gestion de la relation client : le smartphone sur les points de vente

Tâtonnements et perspectives autour d’un canal sans limites, ou presque

marketing-strategie-relation-clientLe smartphone offre aux marques des perspectives considérables dans le but de faciliter la vie de leurs clients. Avec le développement des technologies, et notamment du paiement par mobile, il est en passe de bouleverser la relation entre les enseignes et les consommateurs. Quelle direction prendra cette révolution ? Il semble trop tôt pour le dire avec précision. Pour l’heure, quelques certitudes tout de même : l’usage du smartphone se heurte à des habitudes de consommation tenaces, et il faudra aux marques dépasser le stade de la seule relation commerciale pour pouvoir espérer rester dans la poche des consommateurs.

En un mot : tout miser sur le mobile serait une erreur.

Imaginez-vous l’achat du futur : alors que vous passez devant votre boutique de costumes préférée, votre téléphone portable vous alerte d’une offre promotionnelle ultra-confidentielle. À l’intérieur du magasin, votre smartphone à la main, vous faites défiler à distance devant vous des mannequins en hologramme afin de choisir votre trois-pièces dernier cri. D’une simple touche, ou plutôt d’un simple regard, vous confirmez et réglez votre commande sur mobile, avant que ce dernier ne vous propose une livraison gratuite à domicile. Est-ce de la science-fiction ? le délire d’un publicitaire ? Pas tout à fait. Ces innovations remplissent les cartons des annonceurs et gagneront peut-être bientôt les surfaces de vente de notre quotidien.

Retour vers le futur
Retour à la réalité. Pour l’heure, les interactions par l’intermédiaire du mobile restent limitées entre les marques et leurs clients. Ce rêve d’annonceur où il envoie un SMS promotionnel à un prospect alors même qu’il passe devant l’un de ses produits dans un rayon ou une boutique, n’est pas encore réalisable. “Des technologies existent, mais il faut développer les systèmes, les applications et surtout les flux de bande passante qui sont cruciaux”, avertit Christophe Benavent, responsable du master marketing opérationnel international à l’université Paris Ouest. De même, les services de géolocalisation “n’en sont qu’au stade de promesses sans application effective”, tempère l’universitaire. Manque de maturité des distributeurs, insuffisance des équipements : la vision orwellienne du suivi au mètre près du client dans un supermarché relève plus du mauvais scénario de roman que des business plans des annonceurs.

Le magasin connecté n’est pourtant pas une illusion. Il se matérialise aujourd’hui à travers d’autres usages, peut-être moins spectaculaires mais tout aussi significatifs. “L’utilisation du smartphone sur les points de vente s’est démocratisée au travers des applications mobiles et de la généralisation des QR codes, qui donnent accès à des informations supplémentaires sur les produits en scannant un code-barres avec son téléphone”, décrit Fabien Fouissard, le directeur commercial d’Improveeze, fournisseur de solutions tactiles pour les lieux de vente. Informations sur les allergies alimentaires, composition ou provenance d’un produit : l’enrichissement des produits s’inscrit sur le smartphone, débordant des rayons des magasins devenus trop exigus. “Ces services répondent au besoin de recherche d’information approfondie des consommateurs, notamment via les recommandations d’autres clients”, analyse Christophe Benavent.

Du côté des applications, différents services jalonnent dorénavant le parcours client. Les applications marchandes d’abord, permettent de glaner des coupons de réductions et autres promotions auprès de différentes marques. Elles peuvent être transverses, à l’image de Shopmium, mais restent le plus souvent pilotées par les distributeurs eux-mêmes, qui en profitent pour stimuler ou influencer les usagers. “Les consommateurs préfèrent les applications indépendantes qu’ils peuvent utiliser dans tous les magasins”, pointe cependant Christophe Benavent. D’autres programmes donnent la possibilité de créer et gérer ses listes de courses, comme Hop!liste, tout en accédant à des informations en provenance de marques partenaires. “Une personne sur deux utilise déjà des listes de courses ou des post-it électroniques sur son smartphone”, relève-t-il. Certains logiciels se sont attaqués à la gestion de votre stock de cartes de fidélité, à l’image de Fidall. “Il s’agit d’une translation dématérialisée d’objets existants qui répond à un besoin, car les gens possèdent en moyenne huit ou neuf cartes de fidélité”, indique le professeur.

Mode d’emploi vidéo chez Office Dépôt, ou test de maquillage sur une photographie personnelle digitalisée comme le propose Sephora aux États-Unis : ces nouvelles applications explorent de multiples possibilités. Les plus répandues restent pour l’heure les services de “showrooming”. Ces comparateurs de prix entrent dans les habitudes des clients, assurent de nombreux observateurs. “Ces applications épousent l’état d’esprit en plein développement des consommateurs ‘malins’. En leur permettant de comparer et même de négocier, elles leur procurent un résultat immédiat”, remarque Christophe Benavent.

Petit bémol, l’explosion du nombre de ces applications a été telle que le risque de perdre le client existe. À tel point que plusieurs annonceurs font aujourd’hui marche arrière, revenant à des approches plus transparentes. “Les marques ont déjà fait évoluer leur utilisation des mobiles. Beaucoup de celles qui privilégiaient des systèmes complexes d’applications multiples ont initié des portails uniques plus cohérents”, constate Fabien Fouissard.

Une bulle mobile ?
Quand ce mouvement a-t-il vraiment commencé ? “Ce phénomène en est encore à ses balbutiements. Mais la donne a vraiment changé depuis cinq ans grâce à la multiplication des services et des applications offertes par l’iPhone”, explique Philippe Nobile, directeur général de Javelin Group France, spécialiste européen du conseil en e-commerce. Les possibilités offertes par ce nouveau support ont tout de suite séduit les annonceurs. “La majorité des grandes enseignes s’est engouffrée dans ces nouvelles tendances leur permettant d’alimenter leur relation client via des moyens de communication à bas coût tout en proposant de nouveaux services”, observe Fabien Fouissard.

Le boom actuel est soutenu par l’ancrage de l’achat à distance dans les habitudes de consommation, comme le prouve le succès de sites d’e-commerce tels Vente-privée, Amazon, SNCF, ou les plateformes en ligne de réservation d’hôtel ou de restaurant, à l’image de LaFourchette.com. “Les achats sur Internet peuvent être effectués soit à domicile, soit par l’intermédiaire d’un mobile. Mais en se démocratisant, ils préparent le terrain pour l’usage du smartphone en magasin”, considère Christophe Benavent. D’autant que les budgets consacrés à ces nouvelles technologies restent la plupart du temps accessibles : de quelques milliers d’euros pour le développement d’une application mobile, à des coûts sans limite pour une véritable plateforme d’information.

En plus de donner une image de modernité à la marque qui s’en empare, le mobile revêt un autre enjeu, plus mercantile. “En France, la part de smartphones sur le nombre total de mobiles ne doit pas dépasser 40 % [de 38 à 46 % selon les sources, ndlr]. En revanche, cette population est très importante pour les marques, car il s’agit de CSP++, des leaders d’opinion qui vont ensuite partager leur expérience sur les réseaux sociaux et les communautés”, rappelle Philippe Nobile, qui estime que “cette tendance devrait s’accélérer avec le développement du paiement sur mobile dès 2014, puis se massifier très vite”. Doit-on craindre une bulle du mobile comme celle d’Internet en son temps ? “A l’heure actuelle, nous observons une prolifération de start-up et d’idées ; quelques-unes vont émerger mais beaucoup d’autres vont s’effondrer”, prévient Christophe Benavent. Certaines risquent en effet de se heurter aux habitudes bien ancrées des consommateurs…

Le facteur humain et ses limites
Car s’il n’y a pas de doute sur l’envie des commerçants d’exploiter les promesses des smartphones, quelle est l’appétence réelle des consommateurs pour ces tendances ? Aujourd’hui, leur comportement traduit un certain retard dans ce domaine. “Ces services connaissent un succès limité, car les réflexes qu’ils induisent ne sont pas naturels dans le parcours d’achat du client”, considère Fabien Fouissard, qui met en avant la difficulté physique de tenir un smartphone en même temps que pousser un caddie. “Les consommateurs sont prêts ! 10 % à 20 % des utilisateurs de smartphones ont déjà le réflexe de sortir leur téléphone lors du processus d’achat. Dans ce monde ouvert, quelque chose est en train de s’enclencher”, estime pour sa part Christophe Benavent.

Sans pour autant nier quelques limites comportementales : “Les détenteurs de smartphones n’utilisent en moyenne que huit ou neuf applications. Lorsque l’on a déjà Facebook, une messagerie et quelques applications généralistes, il ne reste plus beaucoup de place pour les autres”, constate l’universitaire. Et même si l’application était finalement installée sur le téléphone du client, son succès n’en serait pas pour autant garanti. “Le nombre de téléchargements d’une application ne suffit pas à mesurer l’efficacité de ces démarches, car leur utilisation récurrente reste rare”, complète Fabien Fouissard. En revanche, les obstacles matériels semblent en voie d’être dépassés. En ce qui concerne la géolocalisation notamment, avec le développement des réseaux wifi et le projet de Google de cartographier l’intérieur des immeubles… “Technologiquement, il n’existe pas réellement de limites, confirme Christophe Benavent. En revanche, les difficultés sont plus d’ordre juridique et éthique, autour des questions de vie privée et de protection des données personnelles de chacun.”

Smartphone, mode d’emploi
En dépit de ces freins, la présence d’une marque sur smartphone est devenue indispensable. Chacune possède sa propre application. Reste à se démarquer de la concurrence afin qu’elle ne soit pas oubliée, ou pire, définitivement supprimée par le mobinaute. Ce salut passe par la nécessité d’apporter au client un véritable service en sortant d’une démarche purement commerciale. “Les applications de réalité augmentée créent certes des liens entre l’acheteur et la marque, mais elles s’arrêtent le plus souvent au stade de la communication pure”, regrette ainsi Fabien Fouissard. “Comme il n’appartient pas aux marques mais aux consommateurs, le mobile ne s’insère pas tout à fait dans la stratégie des magasins, qui consiste à maîtriser la communication et la présentation des produits”, pointe-t-il.

Dans une stratégie multicanale, les spécificités du mobile doivent également être prises en compte afin d’intégrer correctement ce nouveau support. Différent d’un média, le smartphone doit plutôt être compris comme un terminal, extrêmement personnel. “Le smartphone doit s’intégrer dans une stratégie globale mais en tenant compte de ses particularités. Perçu comme une extension de soi-même, il permet des expériences client beaucoup plus interactives et individuelles”, explique Philippe Nobile. Dans cette logique où le consommateur à la main, les annonceurs ont tout intérêt à ne pas se montrer trop intrusifs. “Le consommateur n’adhère aux démarches de géolocalisation par exemple, que lorsque c’est lui-même qui en prend l’initiative. Attention donc aux démarches push qui risquent d’entraîner le rejet de la marque”, prévient Christophe Benavent. “S’ils ne sont pas ciblés, les modes push, à l’image des campagnes d’emailing à l’ancienne, seront de plus en plus mal vécus par les consommateurs, car le mobile est beaucoup plus qu’un média”, confirme Philippe Nobile.

Indifférentes à ces mises en garde, de nombreuses marques pensent encore que le smartphone s’apprête à réinventer totalement la relation-client. Une affirmation qui peut paraître naïve, car celle-ci existait bien avant Internet et les mobiles. “La relation client s’établit toujours à travers un lien de confiance et un engagement entre le consommateur et la marque”, rappelle Christophe Benavent. “En revanche, il est évident que le mobile peut constituer un nouveau canal d’échange intéressant car l’usager le conserve toujours à portée de main”, tranche-t-il.

La meilleure façon de l’utiliser consiste donc à revenir aux véritables atouts de ce “device” qui ne quitte jamais son propriétaire. “La première utilité d’un smartphone, c’est de pouvoir servir de canal de communication à distance, par exemple pour appeler son service client, envoyer des mails ou accéder aux réseaux sociaux partout et tout le temps”, retient Fabien Fouissard. “En ayant accès directement au consommateur, contrairement à une affiche publicitaire, le mobile va modifier le rapport entre la marque et le client en introduisant la notion de tri chez ce dernier”, pense Philippe Nobile. “J’ai le sentiment que plus le mobile va prendre d’importance dans cette relation, plus les consommateurs feront attention aux données qu’ils communiquent et deviendront beaucoup plus sélectifs”, assure-t-il.

Tout miser sur le smartphone représente donc une stratégie exagérée, voire risquée. “Il y a de bonnes chances pour que le smartphone devienne le pivot de la relation client, le chef d’orchestre entre les différents canaux de communication. Mais il ne doit clairement pas en être l’unique”, confirme Christophe Benavent. Avec le développement des comportements multi-écran, le mobile doit plutôt accompagner les autres terminaux que sont l’ordinateur et les tablettes, pour compléter la communication multicanale. Mais gare à ne pas se laisser distancer par ces derniers. Pour certains, l’avenir du magasin connecté pourrait ainsi passer par d’autres supports, au premier rang desquels les écrans tactiles et interactifs. Déjà à disposition dans quelques magasins de la marque Adidas ou dans la boutique Salomon de Toulouse, ils permettent en effet de donner accès à un choix de produits quasi illimité sans monopoliser d’espace dans la surface de vente. “Les écrans tactiles ont fait décoller les ventes des magasins Adidas en permettant tout simplement d’augmenter le nombre de références ou de tuner ses chaussures”, précise Philippe Nobile. Une révolution peut en cacher une autre.

Ghislaine de Chambine, organisatrice du salon Stratégie client *
“Le mobile est le canal le plus actuel et futuriste de la relation client”

Les grandes tendances cette année ?
Depuis quelques années, les nouveautés tournent autour des solutions vocales et du marketing mobile qui prend un essor considérable dans le secteur de la relation client. En 2013, les principales innovations seront d’abord à découvrir dans le domaine de la formation et la motivation des commerciaux. Sans oublier les technologies concernant l’expérience client en magasin avec de nouveaux outils de mesure de la satisfaction clients et d’amélioration de l’accueil sur le point de vente. Le mobile est dorénavant le canal le plus actuel et futuriste de la relation client. Nous n’avons pas encore exploré toutes ses possibilités…

Le mobile bouleverse-t-il la relation client et comment ?
Il est évident que le mobile est en train de devenir LE point d’entrée de la relation client : les applications mobiles de services clients deviennent de plus en plus sophistiquées, efficaces et indispensables. Elles englobent des services allant du véritable support client à la prise de rendez-vous en passant par l’estimation du temps d’attente, la création de contenu à valeur ajoutée ou encore la gestion de trafic en magasins via des offres géolocalisées. Toutes ces applications mobiles seront bientôt incontournables !

Les nouveautés du salon pour épouser ces évolutions ?
Nous avons mis en place cette année une solution de recueil de la satisfaction en temps réel auprès des visiteurs du salon par l’intermédiaire d’un QR code générique, accessible via les smartphones et qui renverra vers une série de trois questions sur leur perception du salon. Mais ce n’est pas la seule nouveauté. Une soirée de networking sera également organisée le deuxième jour par Webhelp. Il s’agira d’un moment convivial d’échange entre exposants et visiteurs. Des trophées seront encore décernés cette année. Les “bsoco awards” [Business software comparison, ndlr] viendront récompenser les meilleurs CRM, les “big contents”, les meilleures start-up dans le domaine de la relation client, et les “Miss client” seront attribuées à la meilleure voix du client. Enfin, cette année, le comptoir du blogueur permettra aux blogueurs d’échanger entre eux.

Repost 0
ROUHAUD FRANCK ROUHAUD Franck - dans infos generale sur le NFC
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 22:43

Un pote palois, qui est fan de l'as monaco !!!!

 

vous pouvez la partager et la faire tourner, avec celle qui suit on fait le buzz !!!!!

 

j'espere que cela vous aura detendu !!!!

Repost 0
ROUHAUD FRANCK ROUHAUD Franck - dans infos generale sur le NFC
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 04:00

PERSONELLEMENT TRAVAILLANT DANS LE NFC, j'ai l'application au format.apk, je l'ai tester avec ma carte bancaire et c'est vrai que ca fait froid dans le dos !!! c'est pourquoi je me dois d'informer mes clients

 

VOUS TROUVEREZ LA SOLUTION POUR VOUS PROTEGER SUR LE SITE DE LA SOCIETE www.nfc-smartags.com

 

 


 

 

 

L'ami Renaud Lifchitz, ingénieur sécurité chez BT (anciennement British Telecom) a mis au jour un gros problème de sécurité dans les nouvelles cartes bancaires utilisant la technologie NFC. Cette techno pour ceux qui ne connaissent pas encore, ça veut dire "Near Field Communication" et ça permet de faire tout un tas de choses sans contact... Donc avec une carte bancaire, de payer sans avoir à mettre sa carte dans une machine.

Génial hein ?

Mais bizarrement, alors que techniquement, il est parfaitement possible de faire des protocoles de communication sans contact et sécurisés comme c'est le cas sur le pass Navigo, ici Visa/Mastercard n'ont pas pris la peine de chiffrer le protocole utilisé sur ses cartes bancaires, ni même de mettre en place une authentification.

Concrètement, cela veut dire qu'avec un simple lecteur NFC, n'importe qui peut dérober toutes les informations du porteur comme la civilité, les nom et prénom, le numéro de carte, sa date d'expiration, et la liste des 20 dernières transactions sur la carte avec leur montant...etc

"MOUAHAHA" me direz-vous ? Et vous aurez raison. Et vu que c'est sans contact, ça devient facile par exemple d'aspirer ces infos, simplement en vous rapprochant d'un sac ou d'une poche avec le lecteur qui va bien. Il est même tout à fait faisable de dupliquer la carte (Yes!) puisque dans la puce NFC, on retrouve les infos de la bande magnétique. Du coup, dans certains pays étrangers, où sur les bornes qui se contente de la bande magnétique, ces copies de cartes peuvent parfaitement fonctionner.

D'après Renaud, cette négligence est due au fait que, je cite : "le protocole (EMV - celui des cartes traditionnelles) a été repris tel quel et utilisé 'dans les airs' sans se poser plus de questions".

Quelle bande de sacrés rigolos au GIE !! D'ailleurs, la CNIL, le Ministère des Finances, le Ministère de l'Intérieur et toute la cavalerie sont sur le coup pour évaluer les risques et surtout demander des comptes au GIE. Petit détail amusant, sur le site de Visa, plus précisément dans la FAQ, on trouve la citation "Epic bullshit" suivante :

Au niveau technique, la fonctionnalité sans contact est basée sur une carte à puce développée à partir de la technologie EMV, qui protège les données du porteur par des cryptogrammes dynamiques très sécurisés.
D’ores et déjà déployée à grande échelle depuis plusieurs années dans le monde, la technologie sans contact s’est avérée, à l’usage, être un moyen de paiement très sécurisé.

Avec un simple dongle NFC USB à 40 €, et une application il est possible de récupérer toutes ces infos. Mais on peut très bien imaginer un portage sur Android qui fonctionnerait parfaitement avec des téléphones compatibles NFC comme le Samsung Nexus S. En fait, ce portage existe déjà et le code source devrait bientôt sortir...

 

NFC : une appli Android qui récolte nos données bancaires à la volée

Paycardreader (Android) permet de récolter à la volée des coordonnées bancaires. Sans rien faire...La technologie NFC, qui permet notamment d'effectuer ses achats en passant sa carte bancaire devant une simple borne, était déjà décriée par de nombreux experts sécurité. L'application Paycardreader (Android) finit d'achever la réputation de ce mode de communication sans fil, en prouvant qu'il est possible de récolter des dizaines de coordonnées bancaires à la minute, simplement en restant immobile à un endroit très passant. Aie. 

Comme le Wi-Fi, le NFC (Near Field Communication, ou Communication en Champ Proche) est une technologie de communication sans-fil, et donc, comme le Wi-Fi, les manières d'intercepter les informations via les airs ne manquent pas… Sauf que le NFC est surtout utilisé pour les paiements, et que chaque communication transmet des coordonnées bancaires ! Des informations pour le moins sensibles !

Concrètement, il est aujourd'hui possible, avec une carte bancaire équipée d'une puce NFC, de payer ses courses, simplement en passant son portefeuille devant une borne. En France, l'usage des puces NFC est notamment répandu dans les cartes de transport (bus, métro, etc.).

Or, de la même manière que le vol de données bancaires sur des cartes bleues RFID, récolter via les airs des informations bancaires sur des cartes NFC n'est pas très compliqué. La preuve avec une application Android dédiée à cette activité   Et pas besoin d'être un hacker de haut vol pour l'installer sur son smartphone ou sa tablette compatible NFC… Une fois en marche, il suffit de camper avec son appareil mobile au cœur d'un lieu très passager (galerie commerçante, métro, etc.), et de laisser l'engin scanner les cartes bancaires NFC qui passent à proximité.

Ainsi, en quelques minutes, il est possible de récolter de nombreux identifiants bancaires :

  • Numéro des cartes
  • Nom et prénom des propriétaires
  • Date de fin de validité des cartes
  • Montant des derniers achats effectués

On estime qu'il suffit d'être à 10 mètres d'une cible pour capter ses informations par NFC.

 

Voici les slides que Renaud a présentées lors de la conférence Hackito Ergo Sum :
Hes2012 Bt Contact Less Payments In Security

 

Et pour ceux qui voudraient voir une démo, la vidéo est par ici.

 

 

 

la source de l'article : link

 

la solution en vente sur le site de la société NFC-SMARTAGS.COM      www.nfc-smartags.com

 

 

Repost 0
ROUHAUD FRANCK ROUHAUD Franck - dans infos generale sur le NFC
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 17:21
Par Pierre Dandumont29 avril 2013 18:54 - Source: Tom's Hardware FR
 
Imprimer

Incompatible !!Lors du lancement du Galaxy S 3, Samsung a lancé des tags NFC programmables, les TecTiles. Ces petits accessoires contiennent une puce NFC et il est possible de programmer ces derniers pour que le smartphone réagisse quand il capte un tag : lancer une application, changer les paramètres du téléphone, afficher un message, etc. Petit problème pour Samsung, les TecTiles sont originaux sont incompatibles avec le récent haut de gamme de la société, le Galaxy S 4.

Un problème de contrôleur

Le terme NFC englobe énormément de solutions différentes, et les TecTiles originaux utilisent une technologie MIFARE Classic 1k. Ce type de tags est par exemple utilisé dans les tickets de métro dans certains pays, pour son faible coût. Le problème, comme le note Anandtech, c'est que le contrôleur NFC du Galaxy S 4 est un Broadcom BCM2079X, incapable de lire les tags de type MIFARE, alors que le Galaxy S 3 utilise un contrôleur PN544 de chez NXP, qui lui est compatible.

Visiblement, Samsung a conscience du problème : les TecTiles récents sont dotés d'un autre type de puce et Samsung a aussi annoncé les TecTiles 2, des tags NFC parfaitement compatibles avec le Galaxy S 4, mais cette incompatibilité est malgré tout gênante dans certains cas.

Notons que le problème peut aussi toucher d'autres smartphones, le contrôleur BCM2079x étant de plus en plus courant et on le retrouve par exemple dans le Nexus 4 de Google.

 

sur le site de la societe NFC-SMARTAGS.COM, vous pouvez trouver des puce compatible !!!

Repost 0
ROUHAUD FRANCK ROUHAUD Franck - dans infos generale sur le NFC
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 07:18

Bonjour a tous, c'est officiel, le groupe facebook de la société NFC-SMARTAGS.COM vient d'ouvrir pour y adherer et profiter des bon de reductions reserver aux membres, n'hesitez pas a vous abonner c'est gratuit, linket ca vous permet de recevoir en direct toutes les informations, promotions, nouveaux produits de la société, en plus vous pouvez y poser vos questions sur tous ce qui a un rapport avec le NFC, ( quel est le meilleur logiciel pour lire les tags? quel tags NFC est le plus approprié en fonction du type d'applications?, comment se servir du NFC?....)

 

Repost 0
ROUHAUD FRANCK ROUHAUD Franck - dans infos generale sur le NFC
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 14:58

La société NFC-SMARTAGS.COM figure en page 94 et 95 du magazine ANDROID INSIDE NUMERO 5 Hors serie

img024img025

Repost 0
ROUHAUD FRANCK ROUHAUD Franck - dans infos generale sur le NFC
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 04:03

Depuis un peu plus d'un mois, l'observatoire du NFC à vu le jour, voici le lien link

 

La société NFC-SMARTAGS.COM fait parti des toutes première entreprise à avoir deployé un service NFC pleinement operationnelle dans un bar de la ville de pau: le S'OUL KAFE 9 rue mathieu lalanne 64000 pau. link

 

voici le descriptif fait sur la carte des projets NFC de l'observatoire

carte nfc pau

Repost 0
ROUHAUD FRANCK ROUHAUD Franck - dans infos generale sur le NFC